Praticiens qualifiés

Ergothérapeutes reconnus

A votre écoute

24h/24 - 7j/7j par mail

Actualités

Découvrez notre blog

Troubles de l'apprentissage

Le trouble du langage oral, la dysphasie

La communication orale est utilisée tous les jours : pour faire des achats, échanger avec ses pairs, exprimer son ressenti, demander de l’aide, etc. En être privé ou limité serait donc fortement handicapant, et ce dans tous les environnements. Ce dysfonctionnement du langage toucherait environ 1 % des enfants scolarisés, et plus particulièrement les garçons. Ce trouble est donc moins répandu que la dyslexie ou la dyscalculie mais ne doit pas pour autant être ignoré. Il s’agit d’un trouble sévère qui doit être pris en charge le plus tôt possible.

Qu’est-ce que le trouble du développement du
langage oral ?

rattaché aux troubles « dys ». Alors qu’un enfant de 3 ans est déjà capable de former des phrases avec un sujet, un verbe et un complément, l’enfant dysphasique n’aura acquis que quelques mots à l’âge de 4 ans. La raison est qu’il souffre d’un retard de langage. La dysphasie se caractérise par des difficultés pour s’exprimer à l’oral et pour comprendre les autres. Trois formes de dysphasie ont pu être observées :

  • La dysphasie expressive qui comme son nom l’indique empêche les enfants de s’exprimer normalement. L’enfant dysphasique expressif éprouvera des difficultés à bien se faire comprendre
  • La dysphasie réceptive qui est le fait de rencontrer des difficultés dans la compréhension d’un message transmis
  • La dysphasie mixte qui mêle les deux à la fois avec pour conséquence des difficultés à se faire comprendre et à s’exprimer

Comment ce trouble se manifeste-t-il ?

Les symptômes de la dysphasie se détectent vers l’âge de 3 ou 4 ans lorsque l’enfant est supposé parler correctement, presque comme un adulte. Le premier des signaux d’un enfant souffrant de dysphasie est qu’il va commencer à parler sur le tard et avec une importante difficulté. Pour un diagnostic plus précis, il faut observer l’enfant afin de voir s’il manifeste les symptômes suivants :

  • L’enfant cherche ses mots en permanence
  • Il n’utilise jamais de mots compliqués ou abstraits
  • Ses phrases sont difficilement compréhensibles
  • Il ne comprend pas le 2nd degré ni les images
  • Ses phrases sont très courtes, parfois sans conjuguer le verbe
  • Ses phrases n’ont pas de sens ou contiennent beaucoup d’erreurs au niveau de la syntaxe
  • Il va essayer de compenser ses difficultés en faisant des gestes, en désignant la chose au lieu de l’appeler par son nom
  • Il va peu s’exprimer et avoir beaucoup d’hésitations

 

Ces troubles du langage ne s’expliquent pas par un déficit intellectuel ou sensoriel, une malformation ou un manque affectif. Les causes les plus plausibles sont plutôt le facteur génétique et le dysfonctionnement des aires du cerveau consacrées au langage.

La rééducation et l’accompagnement

La dysphasie est malheureusement un trouble durable, les porteurs ne peuvent donc espérer qu’une diminution des symptômes. Cependant, plus la prise en charge de l’enfant est réalisée rapidement, moins il rencontrera de difficultés associées à ce trouble. Le diagnostic doit se faire auprès d’un médecin spécialiste, le plus souvent un orthophoniste, un neuropsychologue ou un orthopédagogue. D’autres professionnels pourront ensuite intervenir comme l’ergothérapeute, notamment pour aider l’enfant à développer une autonomie dans son apprentissage scolaire ou proposer des adaptations. Plusieurs bilans et évaluations seront effectués pour définir le taux de gravité de la dysphasie. En fonction des résultats, une rééducation 100 % personnalisée sera proposée à l’enfant afin de palier au mieux les difficultés rencontrées. A l’école, l’enfant devra pouvoir bénéficier d’un soutien individuel de la part de son enseignant et être de préférence intégré à une classe aménagée pour les enfants en difficulté. Cette décision sera prise pour répondre et s’adapter aux besoins spécifiques de l’enfant.