Praticiens qualifiés

Ergothérapeutes reconnus

A votre écoute

24h/24 - 7j/7j par mail

Actualités

Découvrez notre blog

Rééducation

La réadaptation fonctionnelles par un ergothérapeute

La réadaptation fonctionnelle, consiste en toutes les techniques utilisées après la prise en charge de personnes touchées par des incapacités physiques, qu’elles soient temporaires ou sur le long terme. Pour permettre à ces individus de pouvoir continuer à vivre dans une certaine autonomie, mais aussi de minimiser les conséquences physiques, mentales ou encore économiques de leur affection, ils peuvent se tourner vers des professionnels. Les experts de santé qui s’occupent de la prise en charge des patients touchés peuvent notamment être des ergothérapeutes, et leur aide s’adresse aux personnes de tous les âges, qu’elles soient sportives ou non. Visant l’autonomie la plus large possible d’un individu, en fonction des conditions posées par les données physiques et mentales de celui-ci, l’ergothérapeute adapte des habitudes quotidiennes dans un milieu de vie donné. 

Recourir à la rééducation par l’ergothérapie

S’adresser à un ergothérapeute n’est pas toujours inné pour certaines personnes, alors que l’aide du spécialiste est bénéfique dans de multiples cas. En effet, le type de trouble de santé que peut présenter un individu ne conditionne pas l’aide qu’il reçoit, dans le sens ou n’importe quelle personne se sentant bridée dans l’exécution des tâches de sa vie quotidienne peut avoir recours à l’ergothérapie.
TSA
réapprentissage

Après quels types de pathologies ?

Il est difficile de créer une liste non exhaustive de toutes les pathologies pouvant mener à consulter un ergothérapeute. C’est un ressenti de l’individu concerné, qui peut par exemple être frustré lorsque qu’il se trouve confronté à quelque chose qu’il n’arrive pas à faire, qui peut aussi mener à la consultation. Néanmoins, certaines situations et affections temporaires ou de longue durée, sont souvent bien plus représentées lorsque l’on observe les différents types de patients d’un praticien en ergothérapie.

Parmi les problèmes de santé les plus rencontrés, on trouve les contextes suivants : 

  • En sortie de maladie ou après une opération chirurgicale : Après avoir passé un temps plus ou moins long en convalescence, certaines personnes peuvent avoir besoin d’une aide pour se rééduquer dans leur milieu de vie, mais aussi pour adapter ces lieux à leurs nouvelles possibilités physiques.
  • Après un accident ou un traumatisme : Plusieurs aides peuvent être mises en place pour permettre à des personnes cérébrolésées de reprendre un mode de vie le plus autonome possible. La plupart de ces individus retournant vivre chez eux après l’incident, l’ergothérapeute peut devenir nécessaire dans la réadaptation fonctionnelle au quotidien.
  • En cas de handicaps physiques ou neurologiques : Pouvant être associés à des maladies, chroniques mais aussi d’autres types, les handicaps peuvent mener à une difficulté à faire soi-même des gestes essentiels au quotidien. En prenant en compte les possibilités d’adaptation ou de rééducation du patient, le praticien viendra mettre en place des actions ou techniques d’assistance.

Dans quelle finalité ?

L’aide de l’ergothérapeute s’organise pour une poursuite de vie rendue plus adaptée pour chaque patient. En effet, grâce à une étude poussée au cas par cas, l’ergothérapeute va élaborer un plan de mission pour chacun, et en fonction de la situation et de la volonté du patient, le but établi peut être différent. En discutant lors de plusieurs entretiens avec l’individu concerné, le professionnel va pouvoir créer un programme s’axant notamment autour de trois moments charnières. D’abord les gestes de la vie quotidienne, qui viennent créer un rythme dans la journée, et qui peuvent être rendus plus ou moins difficiles par l’empêchement physique de la personne. Ensuite le travail, ne s’appliquant pas pour les enfants et adolescents, qui représente un moment de sociabilité central dans la vie d’un adulte. Les moments de loisirs sont une autre catégorie mise en avant par le praticien, dans le sens où ces pratiques peuvent avoir un effet direct sur le bien-être mental de la personne. Et pour finir, dans le cadre de la plupart des affections de longue durée, mais aussi dans des suites d’accident ou de traumatisme, les soins personnels sont des moments influents, dans lequel le patient doit pouvoir s’impliquer. Les événements essentiels de la vie de tous les jours sont ainsi pris en compte dans la façon de travailler de l’ergothérapeute, mais celui-ci n’est bien sûr pas tout seul à créer et proposer un programme au patient. L’individu est mis au centre du processus dans sa globalité, c’est-à-dire dans toutes les manières dont il interagit avec les différents environnements qui l’entourent.

Les différents procédés mis en place pour la rééducation

La voie ergothérapique comporte de nombreuses possibilités, choisies en fonction de la volonté de l’individu concerné et des alternatives envisageables compte tenu de ses capacités physiques et mentales.

Un travail dans l’interaction directe

Il est important pour l’ergothérapeute de cerner tous les us et coutumes de son patient, pour que son approche soit faite sur mesure autant que possible. Du fait de l’interaction, notamment, le praticien aura aussi pour but de créer un lien de confiance, permettant l’expression de ce qui tient particulièrement à cœur à la personne accompagnée. La réadaptation fonctionnelle est envisagée pour chacune des personnes et le cursus est singulier pour un individu donné, qui ne récupèrera ou ne créera peut-être pas les mêmes habilités qu’une autre personne.

Précisons que l’ergothérapeute peut choisir d’exercer dans plusieurs lieux : d’abord en tant qu’ergothérapeute privé ou libéral, en choisissant de s’implanter quelque part sur le territoire. Mais il peut aussi être salarié dans différentes institutions, comme des centres de soins de suite et rééducation, des institutions de longs séjours ou bien dans des services de soins à domicile. Quel que soit son lieu de travail, il dispense des soins en contact direct avec l’individu ciblé, en lui proposant différentes sortes d’éducation ou de réadaptation.

Plusieurs techniques existent, mais les ergothérapeutes s’appuient souvent sur des méthodes d’accompagnement dans des activités thérapeutiques. Celles-ci peuvent concerner les sphères physique, cognitive ou encore relationnelle.

Des activités artistiques et manuelles peuvent constituer d’autres moyens de réadapter fonctionnellement un individu en lui proposant des voies thérapeutiques d’expression. Des exercices sur les capacités physiques viennent compléter le travail de réadaptation : pour les personnes ne disposant plus de certaines capacités (on peut penser aux personnes amputées par exemple), l’ergothérapeute réfléchira à des techniques de réhabilitation. Celles-ci pourront consister en un moyen de remplacer une action qui ne peut être effectuée par une nouvelle forme d’agir, en fonction des capacités physiques disponibles pour le patient.

L’importance des environnements dans la réadaptation fonctionnelle

Le travail de l’ergothérapeute en grande partie effectuée, le patient est maintenant capable d’agir de la meilleure des manières en fonction des capacités qu’il possède. Mais d’autres facteurs entrent aussi en compte dans la réadaptation fonctionnelle d’un individu, comme son ou ses différents environnements physiques mais aussi les personnes qui l’entourent.

L’ergothérapeute joue aussi un rôle de contrôle et d’adaptation des différentes infrastructures utilisées dans la vie quotidienne du patient. A l’aide d’observations effectuées dans le lieu de vie de l’individu suivi, le praticien va pouvoir conseiller certains aménagements de la maison. Il pourra favoriser des capacités de vie autonome en proposant, par exemple, des rampes d’accès dans différentes pièces pour des personnes en fauteuil roulant ou rencontrant des difficultés à se déplacer. En plus de fournir son expertise sur l’habitation de l’individu, il pourra prescrire d’autres aides, médicales cette fois, pour pallier certaines complications. Après un bilan de capacités fonctionnelles, certains accessoires comme des orthèses pourront être réalisées par le praticien, pour faciliter la rééducation, puis la réadaptation.

Les personnes proches de l’individu concerné sont aussi centrales dans sa rééducation, qu’elles représentent des aides pour celui-ci ou des observateurs vivant dans le même foyer. Pour les sensibiliser à l’état du patient et leur communiquer des informations sur les meilleures façons d’agir, l’ergothérapeute adoptera des voies plus pédagogiques. A l’aide de rendez-vous avec le patient et sa famille par exemple, il pourra conseiller et développer un meilleur traitement de l’individu. En sortant de ce cadre relationnel, le praticien crée aussi des liens avec les autres professionnels de santé consultés par le patient, en communiquant des informations et partageant le travail. Il doit donc coordonner une partie de l’accompagnement de réadaptation avec des partenaires extérieurs ou avec des kinésithérapeutes, mais aussi avec des psychomotriciens et médecins généralistes.