Praticiens qualifiés

Ergothérapeutes reconnus

A votre écoute

24h/24 - 7j/7j par mail

Actualités

Découvrez notre blog

Troubles de l'apprentissage

Le trouble du calcul, dyscalculie

Les mathématiques sont une matière enseignée pendant quasiment toute la scolarité de l’enfant. S’il présente d’importantes difficultés en classe durant chaque cours de mathématiques, il va être handicapé grandement durant ses études mais aussi par la suite, dans sa vie d’adulte. Les calculs arithmétiques de base sont très utiles dans la vie quotidienne pour faire ses courses, cuisiner, lire l’heure, gérer son budget, etc. Même si les outils informatiques apportent beaucoup d’aide de nos jours, il est important d’accompagner l’enfant dans sa scolarité pour qu’il ne prenne pas trop de retard par rapport aux autres enfants de son âge.

Qu’est-ce que le trouble d’apprentissage en mathématiques ?

La dyscalculie est le nom donné au trouble de l’apprentissage en mathématiques. Il s’agit d’un trouble du développement faisant partie des troubles « dys » comme la dyslexie, la dysgraphie ou la dysorthographie. L’enfant atteint de ce trouble va être en difficulté pour tout ce qui est relatif aux chiffres et aux nombres, par exemple pour les additionner ou les soustraire, les multiplier ou même simplement pour les reconnaître. Les problèmes mathématiques seront pour lui un véritable casse-tête et non un simple exercice à résoudre. Cela peut fortement le freiner dans son cursus scolaire puisque les mathématiques sont une discipline très importante, liée à d’autres matières à l’école comme les sciences. La dyscalculie n’a pas pour origine une insuffisance intellectuelle ou physique (perte des sens de la vue ou de l’ouïe).

apprendre à compter

Comment ce trouble se manifeste-t-il ?

La dyscalculie se détecte logiquement à l’école au primaire ou au collège, en classe de mathématiques ou à tout moment lorsque des nombres sont utilisés. Ce trouble de l’apprentissage peut aussi s’observer à la maison quand les devoirs sont faits, quand la famille s’amuse à des jeux qui demandent une certaine logique, etc. Tous les enfants qui ont du mal avec les mathématiques ne souffrent pas forcément de dyscalculie. Les difficultés sont clairement identifiables et reposent principalement sur l’absence de raisonnement logico-mathématiques. L’enfant dyscalculique peut donc tout à fait être brillant dans une autre matière qui n’implique pas de chiffres mais plutôt des lettres comme le français. Cependant, un enfant atteint d’un trouble de l’apprentissage présente souvent un autre trouble de l’apprentissage qui lui est lié. Pour un enfant dyscalculique, ce sera généralement la dyslexie ou un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité. Les symptômes vont être identifiés par l’enseignant qui pourra prévenir les parents des difficultés rencontrées par leur enfant. Celles-ci sont majoritairement les suivantes :

  • Ils ne peuvent pas se passer des doigts pour compter
  • Ils confondent les chiffres entre eux et ne peuvent pas lire les grands nombres
  • Ils ne retiennent pas les tables de multiplication
  • Ils n’arrivent pas à résoudre des problèmes mathématiques
  • Ils ne comprennent pas les quantités
  • Ils effectuent difficilement des calculs arithmétiques
  • Ils ont un mauvais sens de l’orientation

La rééducation et l’accompagnement

Le trouble de l’apprentissage en mathématiques se repère d’abord par l’enseignant à l’école ou les parents à la maison. Si les soupçons de dyscalculie sont avérés, une prise en charge par un médecin spécialiste tel qu’un orthophoniste, un psychomotricien ou un neurologue est primordiale. Le diagnostic et l’accompagnement de l’enfant vont permettre d’améliorer sa vie sociale et scolaire en atténuant ses symptômes. Il faut savoir que ce trouble ne se guérit pas mais qu’il faut plutôt apprendre à vivre avec. La rééducation avec le praticien consiste notamment en une remise à niveau en mathématiques en effectuant des exercices de réflexion, de calcul mental, etc. Le suivi sera personnalisé pour s’adapter au rythme de l’enfant.

D’autres professionnels de santé peuvent également intervenir comme un ergothérapeute si un aménagement de l’environnement scolaire ou du domicile est envisagé. L’objectif pour l’enfant va être de retrouver une certaine autonomie et surtout un bien-être moral, qui peut être affecté par les problèmes rencontrés.

Les parents peuvent eux aussi apporter leur aide en manipulant les chiffres dès que l’occasion se présente, en comptant par exemple le nombre de livres à la maison, d’assiettes dans le placard, etc. Le soutien des proches sera un grand atout pour l’enfant, qui pourra suivre une scolarité presque normale et contrer la plupart de ses difficultés, et pourquoi pas même exercer plus tard un métier scientifique ou lié aux mathématiques. Avec un bon suivi, tout reste possible pour l’enfant atteint de dyscalculie.