Praticiens qualifiés

Ergothérapeutes reconnus

A votre écoute

24h/24 - 7j/7j par mail

Actualités

Découvrez notre blog

Rééducation

La rééducation de la main grâce à l'ergothérapie

La main est la partie du corps la plus sollicitée dans toutes nos activités quotidiennes. Des métiers les plus physiques, qui nécessitent une force non négligeable, aux plus cérébraux, les mains sont toujours au premier plan.

Écrire, à la main ou sur son téléphone, manger avec des couverts ou boire un verre d’eau sont autant d’actions que nous réalisons au quotidien, et le fonctionnement réduit ou empêché d’une main les rend d’une complexité importante. Aussi, et même si l’utilisation des mains nous est si chère pour toutes ces actions répétées, il est possible que certaines maladies ou autres accidents viennent avoir une incidence sur la façon dont on peut se servir de nos mains. Des lésions internes ou externes peuvent engendrer une gêne sur le long terme, et le désir de récupérer ou d’améliorer des capacités auparavant possédées peuvent mener à consulter un spécialiste. L’ergothérapeute, spécialiste paramédical du réapprentissage et rétablissement, peut alors apporter son expertise pour permettre à l’individu de retrouver son autonomie personnelle pour des actions qui lui tiennent à coeur.

La situation d’intervention de l’ergothérapeute pour la main

De nombreuses atteintes à la mobilité peuvent intervenir tout au long de la vie d’une personne, quel que soit son âge, genre ou occupation professionnelle. En fonction du vécu personnel de l’individu, celui-ci va vouloir, après cette perte de capacité de mouvement, récupérer certaines des fonctions nécessaires à sa propre façon de vivre.

Différents types de situations 

Toutes les personnes qui choisissent de consulter un ergothérapeute pour la rééducation de la main n’ont pas le même passé. Si certaines ont perdu brutalement l’aptitude de se servir de leur(s) main(s), pour d’autres c’est sur la longue durée que se joue une bataille quotidienne pour garder certaines habilités. On peut citer ici quelques-unes des différentes situations qui peuvent mener à une perte totale ou partielle de la mobilité de la main : 

  • Les traumatismes internes survenant de façon accidentelle : On peut ici nommer les fractures, entorses et les séquelles de celles-ci qui viennent toucher différentes parties de la main, comme un doigt ou le poignet. Les atteintes nerveuses ou des tendons, comme les tendinites, peuvent aussi mener à une rééducation avec l’aide d’un ergothérapeute, qui interviendra en particulier sur le geste et le mouvement. 
  • Les maladies articulaires : L’arthrose en étant la plus grande représentante, notamment chez les personnes âgées de plus de 65 ans, les maladies articulaires sont souvent des affections touchant les individus sur le long terme, causant une perte graduelle des fonctions motrices de la main.
  • Les syndromes et sensibilité : Des syndromes comme le Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC), par suite d’une amputation ou d’un arrêt cardio-vasculaire, ou l’hyper et hyposensibilité de la main peuvent être des raisons justifiant l’intention de commencer un travail auprès d’un ergothérapeute. 

Le syndrome du canal carpien, souvent causé par des positions de flexions ou extensions excessives du poignet, est un autre exemple d’affection pouvant amener à une consultation ergothérapeutique 

Il serait impossible de lister tous les types de maladies, syndromes et blessures qui peuvent mener à la consultation d’un ergothérapeute, mais l’ensemble des cas repose sur une caractéristique commune. Celle-ci est la perte d’une faculté qui est précieuse dans la vie quotidienne de l’individu concerné, que l’aptitude soit nécessaire à la vie en autonomie de la personne comme à la pratique de ses loisirs. Ainsi, une liste finie ne peut pas être dressée dans la mesure où lorsque l’atteinte physique vient handicaper le bon maintien de vie de l’individu, un suivi ergothérapique peut être mis en place.

Le travail de l’ergothérapeute sur la main

Suivant les désirs de la personne concernée, les façons d’agir mises en place par le praticien ne seront pas les mêmes : de multiples critères entrent en compte dans la manière de déterminer le but du suivi. En fonction des critères particulièrement influents dans la manière dont le patient va (ré)apprendre, mais aussi par un examen que l’ergothérapeute peut venir effectuer sur le lieu de vie du patient, il va déterminer le temps et l’ampleur que peut prendre la réadaptation de la main.

Les souhaits particuliers de l’individu vont alors être comparés aux contraintes physiques existantes pour voir dans quelles mesures la rééducation peut avoir lieu, dans une optique d’écoute maximale des volontés exprimées. Retrouver la force nécessaire de tenir un râteau pour aller jardiner, d’étendre les mains en entier pour pouvoir atteindre des objets en hauteur ou encore de pouvoir porter des charges plus ou moins importantes sont des exemples de demandes émanant des patients d’ergothérapeute.

La mise en place de solutions pour la rééducation de la main

L’ergothérapeute va proposer un plan de suivi : la réadaptation ou rééducation peut prendre plusieurs formes, qu’il va choisir de mettre en place ou non, s’adaptant pour adopter la solution la plus appropriée.

Des assistances physiques

L’ergothérapeute peut proposer à son patient des formes de rééducation par une contrainte physique qu’il peut venir appliquer directement sur la main. On parle ici dans la majorité des cas d’orthèses, qui sont des appareillages moulés directement sur le patient. Ces orthèses peuvent être de repos, c’est-à-dire que la position que l’on force la main à prendre n’est pas contraignante, mais peut aussi mobiliser une partie de la main, la forçant à prendre une position spécifique, qui permettra lors d’une pose longue d’obtenir des résultats positifs sur la mobilité manuelle. L’immobilisation grâce au plastique, que l’on peut chauffer puis mouler pour s’adapter parfaitement à l’anatomie du patient, peut aussi être dynamique, par exemple pour que l’individu vienne enrouler puis détendre ses doigts.

Ces appareillages sont aussi effectués pour corriger des mouvements ou positions, voire des difformités qui pourraient causer des problèmes dans l’autonomie quotidienne de l’individu. Qu’elles soient des orthèses d’immobilisation totale ou dynamiques, en permettant certains types de mouvements, le fonctionnement de ces appareillages dépend en grande partie de la façon dont ils sont portés par les clients. Un respect total des consignes mènera à une amélioration possiblement plus courte et directe, mais bien sûr toujours dépendamment des maux handicapant l’individu.

Une prise en charge par l’exercice

L’ergothérapeute peut choisir, soit en plus d’une pose d’orthèse, soit à la place de celle-ci, selon les besoins et la situation du patient, de mettre en place des exercices de rééducation basés sur le geste et l’adaptation. Pour amplifier les mouvements de la main ou bien renforcer ses muscles, le praticien peut proposer d’effectuer certains exercices par et pour le patient. Lors des séances, on lui demandera d‘opérer des mouvements et de les répéter pour les acquérir, qu’ils aient été connus et performés par le passé ou non.

Pour les personnes qui souhaitent se rééduquer après une amputation ou un accident comme un écrasement, des méthodes de gestion de la douleur pourront être mises en place lors de tels exercices. Pour les enfants et adolescents vivant avec des dispraxies, ou avec différents troubles neurologiques, un apprentissage des gestes de la vie quotidienne pourra aussi être possible. Se rapprochant de ces méthodes, pour les personnes souffrant de maladies de type neurodégénérescence comme la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer, l’objectif sera de réapprendre, ou tout du moins de faciliter des mouvements de la vie de tous les jours.

En collaborant avec d’autres spécialistes de la santé, comme des orthopédistes ou encore des kinésithérapeutes, l’ergothérapeute espère pouvoir fournir un travail global sur l’état de fonctionnement de la main. Le contact direct avec l’endroit concerné, notamment pour aider la désensibilisation et le massage la zone, viendront terminer les exercices possibles dans le cadre de l’ergothérapie.

La rigueur du patient sur les gestes à faire ou à éviter est aussi centrale dans la bonne poursuite de la rééducation de la main. En effet, le spécialiste ne peut être là en permanence pour vérifier le bon suivi des conseils donnés lors des séances. Le patient doit lui-même continuer à effectuer les exercices régulièrement, et une sensibilisation paraît donc nécessaire et adaptée pour le convaincre du caractère capital du leur accomplissement.

L’ergothérapie spécifiquement axée sur la main s’organise donc autour de trois axes. D’abord la rééducation, qui sert à minimiser au maximum la possible gravité que pourrait avoir l’affection présente, puis la réadaptation, c’est-à-dire tout le travail servant à retrouver ou à créer des capacités chez le patient. Enfin, la dernière étape s’ancre autour de la réinsertion, qui est le fait de permettre à l’individu d’évoluer dans le milieu de vie qu’il possédait auparavant, ou bien d’adapter ce milieu aux nouvelles compétences dont est doté le patient.