Praticiens qualifiés

Ergothérapeutes reconnus

A votre écoute

24h/24 - 7j/7j par mail

Actualités

Découvrez notre blog

Blog

Qu'est-ce que la MHAVIE ?

La mesure des habitudes de vie, souvent abrégée par MHAVIE, est un questionnaire s’adressant aux personnes présentant des incapacités de tout type dans leur vie quotidienne. Le questionnaire vient, à travers des séries de questions, faire le point sur différents sujets centraux des tâches coutumières que réalise un individu. En effectuant un point de vue d’ensemble de ce qu’il lui est possible de réaliser ou non, un score global est déduit du test, communiquant une information sur la participation sociale de l’individu. Il est important de noter que le ressenti de la personne est largement pris en compte dans la MHAVIE, en faisant émettre à l’individu testé ses opinions sur la facilité ou la difficulté rencontrée lors de ses propres expériences.

Son fonctionnement et l'aboutissement

Le rôle du questionnaire sur la mesure des habitudes de vie est large, en premier lieu car il peut être donné à effectuer à des personnes très différentes. Le professionnel de santé en charge, qui peut être ergothérapeute, mais aussi psychologue, peut étudier le ressenti de multiples personnes affectées. Des individus en situation de handicap sur le long ou moyen terme, depuis leur naissance, mais aussi des victimes d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) font par exemple partie des divers groupes étudiés. Mesurer les habitudes de vie grâce à ce type de questionnaire peut différer selon plusieurs critères, et tout d’abord, selon l’âge de la personne concernée, puisque la MHAVIE est disponible sous différents formats.

Le premier s’adresse aux tout petits, puisqu’il représente les enfants de leur naissance à leurs 4 ans, et la catégorie suivante englobe les 5 à 13 ans. La dernière catégorie, la plus répandue, est celle réservée aux adolescents, adultes et seniors, et vient finir la classification par âge de la MHAVIE.

L’organisation du questionnaire peut différer selon la catégorie d’âge, mais aussi selon le type de document proposé. En effet, plusieurs types de ce questionnaire existent, plus ou moins longs selon les versions, avec notamment un exemplaire raccourci qui permet aux individus de répondre à l’enquête en moins de 30 minutes. Pour la plupart des personnes testées, lors de leur premier remplissage du questionnaire long, une heure et demie environ doit être consacrée à la réponse de plus de 200 questions. 12 catégories forment la MHAVIE, et l’organisation interne du questionnaire est spécifique, puisqu’en plus de demander le niveau de réalisation d’une tâche, on questionne aussi l’individu sur l’aide qui lui est possiblement apportée pour réaliser cette tâche. En dernier lieu, et en plus des informations objectives que la personne a fournies, on lui demande aussi l’expression d’un avis subjectif sur son propre niveau de satisfaction lors de l’accomplissement d’une action. Le score final normalisé est compris entre 0 et 9, et c’est en fonction de celui-ci qu’on détermine le niveau de participation de l’individu. 0 représente ainsi une participation optimale à la vie quotidienne, tandis que 9 vient pointer la présence d’un handicap total ou quasi-total et une interruption de la participation.

Aménagement logement
salaire ergotérapeute

Le rôle central de la MHAVIE

Peu de questionnaires jouent un rôle aussi important dans la connaissance globale subjective et objective de la participation sociale des personnes vivant avec des incapacités, qu’elles soient motrices, psychiques ou d’autres types.

La MHAVIE a comme force un pouvoir de réinvention, puisqu’en fonction du contexte socio-environnemental, les questions peuvent être adaptées dans le test. Ainsi, avec la naissance du numérique, l’ajout de questions relatives aux nouvelles technologies a été possible.En place depuis 1998, c’est d’abord au Québec que la MHAVIE a été créée, mais l’outil devient vite utilisé dans plusieurs pays et situations.

Le Québec, au Canada, est une terre particulièrement savante sur l’ergothérapie et l’aide aux personnes vivant avec un handicap en général, leurs recherches étant particulièrement poussées sur la question.

Pour preuve, de nombreuses recherches et associations utilisent des dérivés de l’étude MHAVIE pour effectuer des questionnaires, montrant son efficacité. Par exemple, Handicap International intervient notamment en Afrique subsaharienne avec ce type de questionnaire, proposant de mieux connaître dans d’autres régions du monde le niveau de participation sociale de personnes vivant avec des incapacités.La notion même de qualité de vie s’avère difficile à déterminer, d’autant plus que la MHAVIE s’adresse à des individus de tous horizons dans la création du questionnaire. Cependant, on définit quatre critères principaux sur lesquels s’appuie cette notion. Le premier est la dimension physique c’est-à-dire la possible autonomie ou les gestes répétés au quotidien, puis entre en ligne de mire dimension somatique, qui intègre la douleur ressentie et les symptômes d’une possible pathologie. Les dimensions psychologiques et sociales viennent compléter la variété de concepts que la qualité de vie englobe. Ce terme peut aussi être influencé par la personne qui remplit le questionnaire, puisque la vision de la participation sociale est différente selon le point de vue. Il est conseillé de faire remplir directement à la personne concernée le questionnaire, mais dans certains cas, notamment pour des personnes qui n’auraient pas les capacités mentales requises, une personne proche peut aider voire compléter le document à la place de l’individu.